Les cours

Des enseignants-chercheurs et des professionnels formateurs sont chargés des cours.

Téléchargez ici les brochures pour l’année 2019-2020:

brochure master 1 2019 – 2020

brochure master 2 2019 – 2020

 

Présentation des cours 2019-2020

M1 

Semestre 1

 

Histoire et théorie de la fiction

 

Libéralisme et fiction – Yoan Vérilhac

 

Le développement d’un monde libéral a entraîné une reconfiguration profonde des formes de la fiction, de ses fonctions et de son économie. L’objectif de ce séminaire est de mettre en place, à l’orée de la formation, les questionnements et outils critiques permettant de penser les bouleversements formels imposés à la fiction par le passage à un régime de liberté d’expression, de marchandisation mondialisée des produits culturels et de libre concurrence des industries médiatiques.

Le travail est organisé ainsi :

1 Les lois de la fiction, 1 – Le plus contraint de tous les jeux
2 Les lois de la fiction, 2 – Les transformations de la fiction en régime libéral : liberté d’expression
3 Les lois de la fiction, 2 –Les transformations de la fiction en régime libéral : capitalisme et marchandisation
4 Les formats de la fiction, 1
5 Les formats de la fiction, 2
6 Dynamiques remarquables : juvénilisation et ironisation

Les étudiants réalisent un travail collectif de recherche ou recherche-création. Voici une liste de sujets proposés :

  1. Essai de fiction de fiction dans une fiction dystopique : comment connaitre les systèmes légaux des dictatures imaginaires ? comment imaginer une fiction qui pourrait y être publiée ? (Voir V pour Vendetta, Essai de fiction de fiction dans une fiction dystopique
  2. Désintéressement et commercialisation de la fanfiction : que devient une pratique désintéressée, communautaire, immatérielle quand un éditeur la transforme en livre à visée rentable ?
  3. Les rayons de la fiction : dans les grands espaces commerciaux, comment mesurer, décrire et comprendre la présence de la fiction ?
  4. Le poids des fictions : si les réflexions sur la « longueur », la « durée » ou la « taille » des fictions est récurrente, celle sur leur « poids » est plus rare… c’est pourtant le problème principal que posent les livres, CD ou VHS lors des démémangements des gens ordinaires entre 1960 et 2000.
  5. Défi théorique et imaginatif : la plus petite des fictions possibles. Comment imaginer l’unité minimale de fiction ?
  6. Les formats de l’imprimeur et le formatage des fictions.
  7. Quelle différence de longueur entre un manuscrit et le livre édité ?
  8. Les formats des fictions télévisées au vingtième siècle en France. (Voir La shortcom, Dossier-shortcom). 
  9. « Mets-toi en calamar dans la peinture pour recharger ton arme » : le merveilleux « surréaliste » dans les univers vidéoludiques ?
  10. La fiction illustrée dérivée de Minecraft. (Voir Mémoire Les fictions illustrées dérivées du jeu Minecraft, Minecraft)
  11. Le flux de comique qui ne fait pas rire : alors qu’on est exposé sans cesse à des énoncés et images comiques, on ne « rit » pas tant que ça, bizarre, non ?
  12. La métalepse comique en BD : les auteurs de BD adorent la métalepse, bizarre, non ?

 

Le transmédia  Amélie Chabrier

On appelle « transmédialité » le fait de combiner plusieurs médias pour développer un univers de fiction. Si le terme est assez récent, ce qu’il désigne s’ancre en réalité dans des pratiques beaucoup plus anciennes de la culture médiatique occidentale. Ce cours envisagera donc la transmédialité dans une histoire longue, pour mieux caractériser ses usages et comprendre les évolutions et particularités des œuvres contemporaines aussi bien dans leur construction (narration), que dans leur production et leur consommation.

 

« TIRAGES : On a tiré un film de mon roman et après je tirerai un roman du film ! » Bécan, dans Paris-Soir dimanche, années 1930

 

Pratiques : Globalisation

 

Pop Culture –Hervé Mayer, 20h. TD, [en anglais]

 

In this course, we will explore the notion of pop culture through the perspective of popular American cinema and develop skills and vocabulary for the analysis of film sequences in English. With examples ranging from contemporary blockbusters to cult classics, we will focus on the narrative, aesthetic and political complexity of Hollywood productions to understand how pop culture is a site of tension between the individual and the collective, between hegemonic discourses and resistance, between the marginal and the mainstream.

 

Aux origines de la culture sérielle dans le monde anglophone – Sylvain Belluc, 20h. TD, [en anglais]

 

L’objectif de ce cours sera d’inscrire certaines des grandes problématiques étudiées dans le cadre du Master dans une temporalité longue. Nous irons puiser, plus précisément, aux origines de la culture sérielle dans l’Angleterre du dix-neuvième siècle. Après plusieurs cours lors desquels nous mettrons en lumière les facteurs politiques, sociaux et culturels qui ont conduit à l’éclosion du genre sériel à cette époque (émergence de la classe bourgeoise, démocratisation du système éducatif, essor rapide de la presse, grandes découvertes scientifiques, etc.), nous nous pencherons sur Bleak House, le roman généralement reconnu comme le chef-d’œuvre de Charles Dickens. Nous essaierons notamment de cerner la manière dont l’écriture et la lecture de l’ouvrage sous forme d’épisodes ont façonné sa structure et son style, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles méthodes de production et de consommation de la fiction caractéristiques de notre modernité.

 

Pratiques : culture et technologie

 

Médiations, réception : pratiques numériques, Claire Cornillon

 

Ce séminaire s’intéressera à des questions de réception, en particulier dans le champs des fan studies. Il s’agira notamment de s’interroger sur la place du numérique dans ce domaine. Dans une démarche d’initiation à la recherche, nous tenterons de réflechir ensemble sur un certain nombre de cas concrets de pratiques de fans en nous appuyant sur un corpus de textes théoriques.

 

Développement web –Yann Canal, 20 h. TD,

 

L’objectif de ce cours est de permettre aux étudiants d’avoir une connaissance globale des techniques utilisées dans le développement de sites Web.

À l’issue de ce cours, les étudiants seront capables de modifier du code HTML et CSS ainsi que de concevoir et réaliser un site Web en utilisant un CMS (Content Management System).

 

Atelier projet, Grégory Santerre, 10 h. TD.

 

Workshop 1, Claire Musiol, autrice, 15h. TD.  

 

Semestre 2

Histoire et théorie de la fiction

 

Fictions mondialisées, 15 h. CM, Bounthavy Suvilay

 

Dans une approche comparatiste et constrastive, il s’agira d’appréhender ce que les dynamiques de globalisation actuellement en cours sur la planète font à la fiction. On examinera certains des dispositifs esthétiques, des formes ou des stratégies narratives privilégiées qui émergent à l’heure de la mondialisation, en mettant en lumière les mouvements de circulation, de réappropriation ou de reterritorialisation qui travaillent les productions fictionnelles contemporaines. La culture japonaise sera particulièrement mise à l’honneur.

 

Sérialité, 15 h. CM, Claire Cornillon

 

 Ce séminaire sera consacré cette année à la série Buffy The Vampire Slayer. Il est impératif d’avoir visionné les trois premières saisons avant le début du séminaire.

 

Pratiques : globalisation

 

Imaginaires américains, 20 h. TD, Sabine Coudassot-Ramirez

 

La question de la frontière, assez largement explorée depuis une trentaine d’années par des approches disciplinaires diverses, n’est sans doute pas épuisée et semble plus que jamais d’actualité. Dans l’ensemble latino-américain, la frontière nord du Mexique est, historiquement, une frontière mouvante, résultat d’une guerre entre les 2 pays (1846-1848), qui reste aujourd’hui encore une plaie ouverte pour le Mexique car il y perdit plus de la moitié de son territoire.

Zone de conflit autant que d’échanges, la frontière marque symboliquement la séparation entre le Nord et le Sud (entendus selon des critères de développement et non des critères géographiques). Il faudra d’ailleurs questionner ces critères aujourd’hui datés car la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, si elle est objet de fictions, peut aussi être comprise, au-delà de sa matérialité, comme une fiction elle-même. L’histoire récente sera une façon de le mettre en évidence. Ce cours s’intéressera donc aux imaginaires de la frontière et à la façon dont, au-delà des stéréotypes et des caricatures, se construit un espace à la fois « exclusif » (qui prétend exclure tout ce qui est étranger) où se définissent des identités nationales souvent présentées (par qui ? pourquoi ?) comme irréductibles et un espace « inclusif », riche des échanges entre ces deux mondes qui se nourrissent, s’inspirent, se métissent donnant forme à des créations culturelles originales sur fond de plurilingüisme et même de langue tierce (on pourra lire à ce sujet le puissant roman (prix Pulitzer 2008) de Junot Díaz (écrivain « américain » né à Saint Domingue), La brève et merveilleuse vie d’Oscar Wao, Plon, 2008.

 

L’espace du road movie, 20 h. TD, Jean-Louis Brunel

 

Entre le western qu’il recycle à son crépuscule et la science-fiction qui le revisite, le road movie est toujours là qui poursuit les mêmes lignes de fuite, inter-Etats ou interstellaires, qui commencèrent à la frontière. Après la piste, est venu donc le temps de la route et des réseaux ; c’est JFK qui nous le suggère au moment où il lance le programme Apollo:

What was once the furthest outpost on the old frontier of the West will be the furthest outpost on the new frontier of science and space.’ (Rice University, Houston, 12/09/1962)

Voici donc notre point de départ et notre perspective : la frontière, constitutive du territoire et le contestant, depuis toujours réceptacle de tous ces désirs qui investissent et subvertissent le sens des destinations : précellence du trajet sur l’objet, du vecteur sur le verdict, dans des espaces ‘mis en vitesse’ (Virilio), toujours plus fluides et plus lisses jusqu’à devenir mirages.

Cartographiques ou informatiques, ils sont le lieu sans lieu d’inévitables désastres, où se tracent dans ‘la pureté des mouvements’ (Kerouac) et ‘l’infini possibilité’ de la grille (Kosinski) une esthétique de la disparition.

 

Œuvres au programme :

John Ford, The Searchers, 1956

Richard Sarafian, Vanishing Point, 1971

Stanley Kubrick, 2001: A Space Odyssey, 1968

Joseph Kosinski, Tron Legacy, 2010

Christopher Nolan, Interstellar, 2014…

 

 Pratiques : Culture et technologies

 

Formes narratives et supports, 15 h. CM, Marie-Eve Thérenty

 

Le cours partira de l’entreprise lancée par Pierre Rosanvallon en 2013, Raconter la vie, une entreprise de description du quotidien des Français. Son projet était d’établir une démocratie de la représentation narrative où toutes les voix pourraient avoir accès au récit et pourraient rendre compte de leur quotidien. Il s’appuyait sur un forum numérique et sur une collection au Seuil dont les petits livres avaient pour auteurs des journalistes, des chercheurs et des écrivains (Annie Ernaux, Maylis de Kérangal, François Bégaudeau). Pierre Rosanvallon désignait aussi comme modèles à son projet des genres de récits aux supports variés : le roman-feuilleton, le livre panoramique illustré, le roman naturaliste, le reportage journalistique, l’enquête photographique, le recueil de vies. Dans le cadre du récit de vie, le cours invitera à réfléchir aux dispositifs éditoriaux et médiatiques, aux différentes modalités de la relation entre supports et formes narratives et à la possibilité de penser une poétique du support.

 Archives du site raconter la vie :

https://web.archive.org/web/20170521203614/http://raconterlavie.fr/).

Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, 2010.

Annie Ernaux, Regarde les lumières, mon amour, Seuil, 2013

Maylis de Kérangal, Un chemin de tables, Seuil, 2016

Georges Le Fèvre, Je suis un gueux, 1929.

Albert Londres, Au bagne, 1923.

Pierre Rosanvallon, Le Parlement des invisibles, Seuil, 2014.

Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1842-1843.

 

PAO, Nicolas Grosmaire

 

Enseignement destiné à prendre en compte l’ensemble des tenants et aboutissants de la P.A.O (publication assistée par ordinateur).

En tenant compte des normes, des critères et des principes de conception, de production, de réalisation et de diffusion de supports de communication ; tout en utilisant les outils dédiés, l’enseignement sera dirigé vers la professionnalisation des échanges avec les partenaires et prestataires potentiels.

 

 Atelier d’écriture 1, 15h. TD, Anne-Laure Bonvalot

 

Il s’agira de s’exercer à l’écriture créative en explorant par la pratique une large mosaïque des formes et des genres littéraires disponibles. Outre le renforcement et l’acquisition de compétences formelles et de savoirs poétiques ou rhétoriques, on encouragera, par le biais d’exercices évolutifs individuels et collectifs, le développement des techniques, des méthodes et des réflexes nécessaires à l’élaboration des univers de fiction. Les notions d’interaction, de co-construction et de partage créatif seront au centre de la pratique.

 

Masterclass : Vivien Bessières, romancier (éditions du Rouergue)

 

M2

 

Semestre 3

 

Fictions et contre-fictions

 

Culture de masse et avant-gardes, 15h CM. [en anglais], Sylvain Belluc

 

This class picks up where the Master 1 class left off. While the latter focused on the social, economic, and cultural environment which saw the rise of mass serial literature at the dawn of the nineteenth century, this series of lectures is devoted to the study of the mutual influence exerted by advertising and fiction on each other and to the importance of social reading to that nexus. We shall thus highlight the value, but also the limits, of the Victorian model to understand some of the ways in which serial fiction is both produced and consumed today.

 

Centres et périphéries, Littérature, cinéma et centrismes contemporains, 15h CM., Anne-Laure Bonvalot

 

Dans ce cours, il s’agira d’envisager ce que les fictions contemporaines, en particulier celles se revendiquant du Sud Global, mais pas exclusivement, font aux notions de « centre.s » et de « périphérie.s ». De l’afrofuturisme à la fiction d’anticipation décoloniale, de la littérature écoféministe aux poétiques autres qu’humaines, les courants, les esthétiques et les dispositifs sont nombreux qui cherchent à provoquer un décentrement de la fiction, aussi bien sur le plan imaginaire que sur le plan de la création matérielle. On prendra appui sur un corpus à la fois littéraire et filmique, conçu comme une manière d’anthologie, tantôt critique, tantôt décalée ou résolument commerciale, des centrismes actuels et de leurs modalités privilégiées de fictionnalisation dans le capitalisme global.

 

Globalisation

 

Le Réel des médias – Crise, anticipation et sensationnalisme – Yoan Vérilhac

 

Ce séminaire interroge la représentation médiatique du réel et la place de la fiction dans ce travail. Au cours de l’année 2019-2020, la réflexion s’est organisée autour de deux grands chantiers, articulés autour de la notion de sensationnalisme :

–       Un travail sur les fictions d’anticipation de l’entre-deux-guerres et leur participation à la construction médiatique du temps historique comme crise permanente. Le travail collectif a été présenté au colloque « Les Temps de l’anticipation » à Lyon (https://www.fabula.org/actualites/les-temps-de-l-anticipation_93057.php)

–       Un travail sur les procédés du sensationnalisme médiatique (du roman, de la presse people, de la télé réalité, du l’attraction). Le travail de recherche-création était l’analyse et le détournement parodique d’un objet sensationnel (magazine, émission, etc.).

 

Infotainment, The representation of politics in infotainment formats, 20h TD. [en anglais], Salomé La Sala-Urbain

 

Over the last two decades, infotainment has reshaped the audience’s perception of how politics is dealt with in media. Has the political dialogue been democratized? Is infotainment a postmodern expression of journalism? Or is it leading to the end of unbiased political debate in media?  Through the study of American and French  TV programs and digital formats we’ll take a look at the mechanisms building this journalistic genre and the ambiguous positioning forced upon a complicit audience.

 

Culture et technologies

 

Marketing, 15h. CM Laura Lugand

Lors de ce module, nous aborderons les bases générales du marketing et les spécificités de son application à l’industrie culturelle qu’est l’édition. Notre objectif sera de comprendre en quoi la dimension artistique de ces entreprises influence la manière de travailler des professionnels du marketing et à quel point l’enjeu de la fiction y est primordial. Nous verrons également les leviers d’action dont ils disposent pour relayer leur discours.

Ce cours se veut le plus concret possible pour vous permettre de vous projeter dans une situation d’emploi. Il vise à vous donner un aperçu des métiers transversaux qui existent ou existeront bientôt dans l’édition et pour lesquels la question du storytelling est essentielle.

À la fin du cours, vous serez en mesure de comprendre et analyser un plan de communication éditorial et d’en construire un en fonction du projet littéraire à accompagner. Les modalités d’évaluation seront expliquées lors de la première séance, ainsi que le planning de travail. Le cours sera délivré en français.

 

Jeu vidéo, 20h. TD  Guillaume Baychelier

 

– Ce séminaire entend aider à la compréhension des enjeux narratifs propres au médium vidéoludique. Au-delà de la question de la narration interactive, le jeu vidéo permet d’interroger la création comme la pratique d’univers fictionnels selon des régimes qui, s’ils ne sont pas nécessairement inédits, apparaissent comme renouvelés ou magnifiés. La richesse formelle de ce média et la diversité des pratiques qu’il rend possible, induisent l’adoption de formes d’écritures spécifiques pouvant s’exprimer tant par le recours au texte que par l’image.

– La première partie du séminaire aidera à faire connaissance avec le média jeu vidéo et à observer les contours que délimitent les divers genres ludiques. En se penchant sur des genres précis, il s’agira également d’observer quels sont les enjeux liés à leur conception mais aussi à l’expérience de jeu qu’ils proposent. Ce moment sera partagé entre présentations théoriques et analyse de pratiques ludiques.

– Le deuxième temps du séminaire sera dédié à une mise en pratique des réflexions menées à travers un atelier de game design qui permettra de se pencher de manière collaborative sur des mécaniques de narrative design centrées autour de la narration interactive.

 

Professionnalisation

 

Atelier Projet, 6h TD, Grégory Santerre

Stages

 

Ateliers d’écriture

 

Atelier 1 : le livre dont vous êtes le héros, 15h TD. Claire Cornillon

 Dans cet atelier d’écriture, nous élaborerons de manière collective un livre dont vous êtes le héros afin de se familiariser avec les enjeux de cette forme de narration à choix multiples et de ses déclinaisons contemporaines, notamment numériques et multimédia.

 

Master class: Laurent Queyssi, scénario BD, 15h. TD

 

 

Workshops

Chaque semestre un professionnel est invité pour animer un atelier d’écriture dans son domaine de prédilection, et un enseignant organise un atelier d’écriture.

Rencontres

Des professionnels des ICC viennent rencontrer les étudiants pour échanger autour de leur parcours.

Stages

Les stages de M1 et M2 sont d’une durée de 6 semaines minimum et ont lieu de décembre à février.